بالأجنبي

Les maths, de la Mésopotamie à l’informatique

Nadine Sayegh-Paris

 En cette période d’examens, beaucoup de jeunes appréhendent les épreuves écrites et en particulier les maths, cette matière tellement pratique et complexe, créée par l’être humain pour faciliter son quotidien.

C’est ce que pensait déjà Pythagore, ce philosophe grec, qui fut le premier à identifier les mathématiques comme « l’un des deux langages pouvant expliquer l’architecture de la nature, l’autre étant la musique ».

D’ailleurs l’un des modèles les plus communs sont les fractales. Ces motifs géométriques qui se répètent automatiquement, comme dans les choux-fleurs, les flocons, les frondes des fougères et même dans les vaisseaux sanguins ramifiés. 

« Des merveilles sans fin naissent de règles simples qui se répètent sans fin », dit en 2010 Benoît Mandelbröt, ce mathématicien d’origine polonaise inventeur de ce terme. Tout comme chez les abeilles qui construisent des nids hexagonaux afin d’optimiser leur espace de stockage. 

Mais d’où viennent ces maths ?

Les mathématiques ont existé dans toutes les civilisations, avant même l’apparition de l’écriture.

Les premiers profs de maths sont égyptiens. En Mésopotamie, les fouilles ont permis d’exhumer des tablettes sumériennes en argile frappées d’écriture cunéiforme, datant de 1800-1500 av. JC : elles contiennent des comptes d’échanges commerciaux, de sacs de grains ou d’esclave. En effet ces tablettes montrent que les Mésopotamiens connaissaient parfaitement les 4 opérations (addition, soustraction, multiplication et division), savaient calculer la racine carrée ou cubique, et manipulaient les propriétés du triangle rectangle bien avant Pythagore !

Quant aux Chinois, ils avaient développé des méthodes de calculs complexes, qui leurs étaient propres, afin de faire de l’arithmétique, des fractions ou de calculer l’aire d’un disque. Côté indien, on peut retenir des recherches sur la théorisation du zéro qui n’était pas encore intégré dans les civilisations arabes.

Et comment se seraient-elles développées ?

C’est avec d’autres philosophes grecs dont Pythagore, Thalès ou Hippocrate que l’arithmétique a été théorisée et les mathématiques se sont mises à voyager jusqu’en Alexandrie.

Au IXe siècle, les Arabes avec Al Khwarizmi développent les maths en compilant les savoirs grecs et indiens et signent le premier traité d’algèbre (al jabr), ce qui a permis a Gerbert d’Aurillac, moine bénédictin et futur pape, d’introduire finalement les chiffres arabes en Occident au Xème siècle.

Ah, ces maths…. Une matière en constante évolution !

Aujourd’hui encore de nouvelles sciences apparaissent grâce à l’informatique puisque l’on vit dans un monde régi par les maths « elles sont partout pas seulement pour payer ses factures et rendre la monnaie au supermarché ».

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button